• Bernard Montgomery

      

               Le maréchal (Field Marshal) Sir Bernard Law "Monty" Montgomery, 1er vicomte Montgomery d'El Alamein (17 novembre 1887 à Londres - 24 mars 1976, KG, GCB, DSO) était un officier militaire britannique durant la Seconde Guerre mondiale. Il est surnommé « Monty ». Il a reçu les décorations suivantes : Chevalier de l'Ordre de la Jarretière (KG-3/12/1946), Chevalier Grand' Croix de l'Ordre du Bain (GCB-14/06/1945), Compagnon du Distinguished Service Order (DSO-1/12/1914), Médaille militaire française au titre de la guerre 39-45 (1958), Grand’ Croix de la Légion d'honneur (05/1945), croix de guerre 14-18 française avec palme (1919), Army Distinguished Service Medal (Etats-Unis-1947), Commandeur en Chef de la Légion du Mérite (Etats-Unis-1943), Ordre de la Victoire (URSS-1945), Ordre de Souvarov de 1ère classe (URSS-1947), Grand Officier de l’Ordre de Léopold II avec palme (Belgique-1947), Croix de guerre 1940 avec palme (Belgique-1947), Grand Commandeur de l’Ordre du roi George 1er (Grèce-1944), Grand Croix de l’Ordre du Lion Blanc pour la Victoire (Tchécoslovaquie-1947), Etoile d’Or de la Victoire (Tchécoslovaquie-1947), Croix de guerre 1939 (Tchécoslovaquie-1947), Grand Croix de l’Ordre du Lion (Hollande-1947), Grand Croix de l’Ordre Royal de St-Olaf (Norvège-1951), Grand Cordon du Sceau de Salomon (Ethiopie-1949), Virtuti Military de 5ème classe (Pologne- 1944). Il a reçu six citations pendant la Grande guerre (17/02/1915, 04/01/1917, 11/12/1917, 20/05/1918, 20/12/1918 et 05/07/1919). Il a reçu quatre citations pendant la Seconde guerre mondiale (15/09/1939, 11/11/1942, 24/06/1943, et  13/01/1944).

    1. Jeunesse

             Montgomery est né à Kennington à Londres en 1887. Il était le 4e enfant d'une famille anglo-irlandaise de 9 enfants. Son père, le révérend Henry Montgomery était un prêtre anglican. Sa famille déménagea de Moville dans le comté de Donegal près de Derry en Irlande du nord pour s'installer à New Park. Montgomery se considérait lui-même comme un natif d'Irlande et du comté de Donegal [1]. En 1889, la famille Montgomery suivit le père à l'étranger lors de sa nomination comme évêque de Tasmanie. Son père était un homme doux mais peu présent à la maison à cause de ses obligations professionnelles.

            Mme Montgomery battait ses enfants et gérait les économies familiales d'une main de maître. Montgomery dit plus tard qu'il eut une enfance malheureuse avec des nombreux conflits avec sa mère. Il devint rapidement le « mouton noir » de la famille.

    7. Avancée sur le Rhin


                  La présence croissante des troupes américaines sur le théâtre européen (2 divisions sur 5 le jour du débarquement, 72 sur 85 en 1945) rendait politiquement impossible une gestion exclusivement britannique du commandement des forces terrestres. À la fin des opérations en Normandie, le général Eisenhower prit lui-même en charge le commandement des forces terrestres en même temps que le rôle de commandant suprême. Montgomery de son côté poursuivit le commandement du 21e groupe d'armée qui comprenait désormais principalement des Britanniques et des Canadiens. Le général n'accepta que difficilement ce changement de situation, même si cette décision était antérieure au débarquement. Churchill avait en quelque sorte dédommagé Montgomery en le nommant maréchal.


                Après la destruction d'Arnhem et l'évacuation de la population, les civils hollandais durent subir le terrible hiver qui suivit. Bien que l'opération Market Garden fut un désastre et un effroyable gaspillage d'hommes, Montgomery refusera toujours de le reconnaître. Il dira même de cette opération qu'elle était à 90% une réussite.


              Lorsque l'attaque surprise dans les Ardennes débuta le 16 décembre 1944 avec la bataille des Ardennes, le front du 12e groupe de l'armée américaine fut scindé. La première armée américaine fut repoussée au nord des troupes allemandes. Le commandant du groupe, le général Omar Bradley se trouvait au Luxembourg au sud de la percée et le commandement de la première armée devint problématique. Montgomery était le commandant le plus proche du feu de l'action et le 20 décembre, Eisenhower (alors à Versailles) transféra d'urgence le commandement de la 1re armée américaine (menée par Courtney Hodges) et la 9e armée américaine (commandée par William Hood Simpson) à Montgomery. Bradley s'indigna de cette décision pour des raisons nationalistes.


             Montgomery profita de l'occasion et rendit visite aux commandants des différentes unités. Il mit en place un réseau de communication et attribua un rôle de réserve au 30e corps britannique. Les défenses américaines furent réorganisées au nord du front, et il ordonna l'évacuation de Saint-Vith. Le commandant allemand de la 5e armée de Panzers, Hasso von Manteuffel dit : « Les opérations de la 1ère armée américaine s'étaient concrétisées par une série d'actions individuelles. La contribution de Montgomery pour corriger la situation fut de transformer ces séries d'actions isolées en une bataille cohérente suivant un plan clair et bien défini. C'est son refus de s'engager dans des contre-attaques prématurées et itératives qui a permis aux Américains de regrouper leurs réserves et frustrer les Allemands dans leurs tentatives d'extension de la percée ».


            Eisenhower avait demandé à Montgomery de lancer l'offensive le 1er janvier afin de rencontrer l'armée de Patton en provenance du sud et de piéger les Allemands. Mais Montgomery refusa de lancer l'infanterie, qu'il considérait comme insuffisamment entraînée, dans une tempête de neige et une zone qui lui paraissait peu intéressante du point de vue stratégique. Il ne lança pas l'attaque avant le 3 janvier, date à laquelle les troupes allemandes avaient déjà réussi à s'échapper. Une majeure partie des militaires américains pensaient qu'il aurait mieux fait d'envoyer les troupes mais tout le monde savait que le maréchal exécrait les offensives irréfléchies. Après la bataille, la 1re armée américaine retourna dans le 12e groupe de l'armée. Quant à 9e armée américaine, elle resta dans le 21e groupe de Montgomery jusqu'à ce qu'elle traverse le Rhin.

     

    Son groupe avança jusqu'au Rhin avec les opérations Veritable et Grenade en février 1945. Après l'opération Plunder (la traversée du Rhin) soigneusement menée le 24 mars et l'encerclement du groupe B de l'armée allemande dans la Ruhr, le rôle de Montgomery consistait à assurer le flanc de l'avancée américaine. Cette vision fut retravaillée pour devancer les troupes soviétiques qui se dirigeaient vers le Danemark. Le 21e groupe reçut l'ordre d'occuper Hambourg et Rostock, empêchant ainsi l'Armée rouge de s'emparer de la péninsule danoise.

     

    Le 4 mai 1945, à Lünenburg, Montgomery reçut la délégation allemande apportant la capitulation officielle des forces du IIIe Reich en Allemagne du nord, au Danemark et en Hollande. L'évènement eut lieu dans une tente sans aucune cérémonie particulière.

    8. Après-guerre et fin de vie

                  Après le conflit mondial en 1946, Montgomery reçut le titre de Vicomte Montgomery of Alamein. Il fut chef de l'état-major général impérial de 1946 à 1948 mais cette fonction ne lui convenait pas puisqu'elle était politisée. Montgomery continua à entretenir des liens avec le régiment royal, et fut élevé au rang honorifique de colonel du régiment en 1947. Sa mère mourut en 1949 mais Montgomery ne se rendit pas à son enterrement car il était « trop occupé ».


                  Nommé commandant suprême ou président du comité de l'union des commandants en chef occidentaux, il fut un inspecteur-général efficace et mit en place des exercices utiles mais fut dépassé par la dimension politique de ce mandat. Montgomery devint adjoint au commandant suprême des forces atlantiques en Europe de 1951 à 1958, une fonction qu'il assura aux côtés d'Eisenhower et qui permit de mettre en place l'OTAN. Il prit sa retraite en 1958.


                   Entre 1951 et 1966, Montgomery fut président du rectorat de l'école St John à Leatherhead, Surrey. En 1953, le Hamilton Board of Education à Hamilton au Canada écrivit au maréchal Montgomery pour lui demander la permission de nommer une nouvelle école à l'est de ville en son honneur. Le projet de la Viscount Montgomery Elementary se présentait comme l'école la plus moderne de l'Amérique du Nord lorsque la première pierre fut posée le 14 mars 1951.

      

    L'école fut inaugurée le 18 avril 1953, avec Montgomery dans le public de 10 000 personnes. Il déclara lors de son discours : « Gardez Bien », faisant référence au motto du blason de sa famille. Montgomery disait de cet établissement qu'il était son « école bien-aimée » et lui rendit visite à 5 occasions, la dernière fois en 1960. Lors de sa dernière apparition, Montgomery dit aux étudiants : « Faisons de la Viscount Montgomery School la meilleure d'Hamilton, la meilleure en Ontario, la meilleure du Canada. Je ne m'associe pas avec quelque chose qui n'est pas bon. Il ne tient qu'à vous de voir tout ce qui est bien dans cette école. Il ne tient qu'aux étudiants d'être non seulement les meilleurs à l'école mais également de par leur comportement en dehors de la Viscount. L'éducation n'est pas seulement une chose qui va vous permettre de passer vos examens et vous faire décrocher un travail, mais également de développer votre cerveau pour qu'il puisse vous apprendre à rassembler les faits et à réaliser des choses. »
                   Avant sa retraite, les opinions franches de Montgomery sur certains sujets, comme les races, étaient souvent officiellement censurées. Après s'être retiré des affaires militaires, ces déclarations devinrent publiques, ce qui affecta sa réputation.

      

    Ses mémoires furent jugées arrogantes et ne servant qu'à assoir sa personnalité et ses actes. Il critiqua de nombreux compagnons qu'il avait côtoyé durant la guerre selon des termes très durs, y compris Eisenhower qu'il accusa entre autres d'avoir prolongé la guerre d'une année en raison de son incompétence. Ces accusations mirent un terme à leur amitié. Montgomery applaudit également l'apartheid et le régime de Mao Zedong. Il plaida contre la légalisation de l'homosexualité au Royaume-Uni, avançant que le Sexual Offences Act de 1967 était une « charte pour la bougrerie » et que « ce genre de chose était peut-être tolérée en France, mais nous sommes Britanniques, Dieu merci ! ».

     

                    Peut-être en partie à cause des scandales, Montgomery ne fut jamais anobli « earldom » (contrairement à ses contemporains comme Harold Alexander, Louis Mountbatten et Archibald Wavell). Une tâche officielle qu'il voulait absolument honorer durant ses dernières années fut celle du port du Sword of State (littéralement « l'épée de l'état ») pendant l'ouverture du parlement. Arrivant à un âge avancé, certains se demandaient s'il était réellement capable de rester debout durant de longues périodes avec une arme aussi lourde. Ces craintes furent confirmées lorsqu'il s'évanouit durant la cérémonie en 1968. Il cessa définitivement ses activités publiques à la suite de cet incident.

     
                 La presse britannique avait trouvé en Montgomery un sujet idéal. Les journalistes photographiaient l'ancien maréchal en train de toucher sa pension au bureau local de la sécurité sociale. En raison de sa notoriété, beaucoup pensaient que Montgomery était à l'abri du besoin et qu'il dilapidait l'argent public. En fait, Montgomery avait toujours été un homme modeste et il fut blessé que l'opinion publique ne le juge pas comme tel.

     

    Son domicile fut aussi cambriolé. Malgré son apparition à la télévision pour demander le retour de ses biens, essentiellement de valeur sentimentale, ces objets ne furent jamais retrouvés.

     

    Il est mort en 1976 à son domicile d'Alton dans l'Hampshire et fut enterré au cimetière de Holy Cross à Binsted après des funérailles nationales à la chapelle Saint-George de Windsor.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :