• Gold Beach

       

    Gold Beach est la première des trois zones d'invasion Britanniques. Elle est située à 24 kilomètres à l'est d'Omaha Beach.

       

     Les unités qui débarqueront en premier sur Gold Beach appartiennent à la 50ème division d'infanterie (Northumbrian) et au Commando numéro 47 de la Marine Royale. Ces deux groupements sont réunis au sein du 30ème corps d'Armée Britannique (sous le commandement du général de Corps d'Armée G. C. Bucknall), l'un des deux corps d'assaut de la 2ème armée (commandé par le général de Corps d'Armée Miles Dempsey). 

      

    La plage de Gold, située entre les localités de Port-en-Bessin et de la Rivière, est divisée en quatre grands secteurs : "How" à l'extrême Ouest, suivi à l'est de "Item", "Jig" puis "King". L'assaut se fera essentiellement sur les secteurs "Item", "Jig" et "King", entre Asnelles-sur-Mer et La Rivière, de manière à garder intacte la ville d'Arromanches, qui sera utile lors de la création et de l'utilisation d'un futur port artificiel que les Alliés doivent installer une fois la tête de pont installée.

       

    Gold Beach est défendue par les hommes de la 716ème division d'infanterie allemande, composée de 29 compagnies et armée de 500 mitrailleuses, 50 mortiers et 90 canons de divers calibres. Des éléments de la 352ème division d'infanterie sont également positionnés à l'ouest de Gold Beach.

       

    Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, de nombreux avions bombardiers écrasent les positions allemandes du mur de l'Atlantique. Peu après cinq heures du matin, soit moins d'une heure avant le début du lever du soleil (prévu ce jour là à exactement 5 heures 58) le bombardement naval commence à son tour : il durera deux heures. 137 bâtiments de guerre prennent part à ce terrible bombardement qui embrase littéralement la côte.

      

     Un des principaux objectifs des artilleurs alliés est la batterie allemande située à proximité du village de Longues-sur-Mer, derrière les plages du secteur "Item" de Gold Beach. Elle est composée de quatre canons de 150 mm Tbts.K.C/36 sous  masque blindé. Les quatre casemates qui abritent ces canons de marine ont été copieusement bombardées mais la batterie est encore en activité à l'aube.

      

       

      

      

      

      

      

      

      

      

      

      

      

      

                          Batteries de Longues / mer

      

      

      

    Quelques minutes après le lever du soleil, un échange de tirs s'effectue entre la batterie de Longues et les navires alliés, notamment le croiseur HMS Ajax qui parvient à loger deux obus à l'intérieur de deux des quatre casemates.

       

    Aux alentours de 6h15, soit une heure après le début du bombardement naval qui se poursuit, les chalands de débarquement sont mis à l'eau à environ 7 kilomètres du rivage et les soldats britanniques s'y placent avec leur matériel.

     

    La traversée de cette distance doit durer environ une heure et quart selon le plan, sachant que la marée montante va accélérer la vitesse des embarcations.

     

    Afin de faciliter le travail des sapeurs, des hommes-grenouilles sont envoyés quelques dizaines de minutes avant l'assaut de la première vague, dans le but de dégager et de baliser des accès pour les barges. Ces dernières progressent difficilement car la mer est véritablement démontée.

     

    Certains d'entre eux, les "Crabes", débarquent parmi les premiers afin d'ouvrir un passage dans les champs de mines. Alors que ces derniers évoluent sur le sable entre les défenses de plage, les péniches de débarquement, sous le feu des positions allemandes, approchent du rivage.

     
     

    La première vague d'assaut, composée des hommes du 1er bataillon des Royal Hampshire, de la 231ème brigade, atteint la plage et les rampes des barges s'ouvrent pour que les soldats britanniques débarquent. Les échanges de tirs sont violents et de nombreux soldats s'écroulent sur le sable, atteints dans leur course par des balles ou des éclats d'obus.

     

    A l'est du secteur "Item", devant le village Le Hamel, qui doit servir de point de départ vers Arromanches pour les Britanniques, oppose une farouche résistance aux assaillants. En effet, des éléments de la 352 ème division allemande, situés sur le sommet d'une falaise à l'ouest du village, pilonnent la plage et les péniches de débarquement avec un canon de 88. L'infanterie, bombardée par les positions allemandes, attaque à revers la falaise, appuyée par des chars "funnies" et notamment un char "Pétard" qui bombarde à son tour la position ennemie.

     

    Les membres du Commando numéro 47 débarquent sous un feu nourri à l'est de la localité d'Arromanches. Ils doivent se diriger ensuite vers l'ouest pour libérer les villages de la côte et capturer Port-en-Bessin, où ils doivent effectuer leur jonction avec les troupes américaines venant d'Omaha Beach. Ils sont accueillis par une pluie de projectiles donnant la mort : sur le 14 embarcations qui les mènent vers la plage, 4 sont détruites par les canons ou les mortiers allemands.

     

    Rapidement, les différents points d'appuis sont détruits ou capturés par l'infanterie britannique, épaulés par les chars "funnies". Courageusement, les soldats britanniques du Commando 47, portant près de 40 kilogrammes de matériel, se dirigent sous les tirs ennemis vers leurs objectifs. Dans le village de la Rivière, le 6ème bataillon des Green Howards et le 5ème bataillon des East Yorkshire progressent lentement, faisant face à des résistances farouches, et notamment à cet endroit par une pièce de 88. Les chars spéciaux appuient au mieux l'infanterie, en éliminant ces différentes poches de résistance.

     
     

    C'est aux environs de 11 heures que la plupart des brèches sont réalisées par les sapeurs sur Gold Beach, permettant aux renforts de débarquer sans encombre et de sortir rapidement de la plage. A 12 heures, le Commando 47 contrôle les hauteurs de la ville de Port-en-Bessin, située à 12 kilomètres de leur lieu de débarquement.

       

    Au soir du 6 juin 1944 sur Gold Beach, la 50ème division d'infanterie et le commando numéro 47 défendent une tête de pont de près de 10 kilomètres de profondeur sur 10 kilomètres de large. Les Britanniques sont aux portes de Bayeux et ils ont atteint la route reliant cette ville à Caen, ce qui gêne considérablement les mouvements des renforts allemands.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :