•   

    CHAPITRE V 


    PRISE EN MAIN STRATEGIQUE D'OVERLORD PAR EISENHOWER

     

                            JANVIER 1944 


               Le tournant favorable pris par la bataille de l'Atlantique en juin 1943 a permis l'acheminement et la montée en puissance des forces américaines en Grande-Bretagne. Les plans fixent les forces à réunir pour le printemps 1944 à 1 446 000 hommes. Fin 1943, l'effectif atteint voisine le million et les matériels de débarquement se rassemblent en Angleterre. Des matériels spéciaux, chars amphibies, véhicules amphibies, éléments de ports artificiels, existent ou sont en cours de fabrication. Certains ont été expérimentés dans le Pacifique comme les diverses péniches de débarquement (Landing Ship) .La première quinzaine de janvier 1944 est consacrée à l'étude de l'élargissement de la zone d'assaut pour inclure les plages : la zone d'assaut pourrait ainsi être portée de 40 km de largeur à 75 km. Face à une telle extension de l'opération (pratiquement doublée) Leigh-Mallory objecte que la D.C.A. et les difficultés de terrain du Cotentin peuvent causer à l'opération aéroportée des pertes de 75 % des effectifs engagés.

      

      

    Plan de la zone complète des plages du débarquement allié en Normandie.

     
     

    Sitôt après son arrivée le 15 janvier, Eisenhower examine ce nouveau plan. Il l'approuve et l'adopte comme base de travail pour la préparation d'Overlord. Il est prévu par ailleurs de conjuguer avec Overlord un débarquement intitulé Anvil, sur la côte de Provence dans le but de maintenir sur place les forces allemandes et d'empêcher leur envoi vers le nord de la France ou l'est de l'Europe. Un décalage dans le temps d'Anvil donnerait la possibilité aux mêmes bateaux de participer d'abord à Overlord et ensuite au débarquement de Provence. Eisenhower propose de reporter Overlord d'un mois, et de retarder Anvil jusque fin juillet. Grâce à ces mesures pourront être réunis les moyens de débarquement (6 047 landing crafts) appropriés au volume de la force d'assaut souhaitée dans le plan révisé, à savoir 176 500 hommes et 20 000 véhicules (dont 3 000 canons, 1 500 chars et 5 000 véhicules blindés) mis à terre dans les premières 48 heures de l'invasion. Au jour J (D day), Eisenhower commandera une force sans égale dans l'histoire : 37 divisions, qui seront rejointes par 50 autres venant directement des États-Unis ; une flotte de guerre s'élevant à 200 unités, additionnée d'une flottille de combat de 500 bateaux divers ; une flotte aérienne de chasse d'appui de 171 escadrilles (3 100 avions).

      

     Au 1er février 1944, lorsqu'est définitivement arrêtée la date du débarquement, il reste 4 mois au général Eisenhower pour prendre les dispositions qui conduiront cette immense masse de manœuvre, encore en cours de constitution, au succès dans l'accomplissement d'une mission dont dépend le sort du monde. 

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :